Du au

JUIN JUILLET AOUT SEPTEMBRE OCTOBRE NOVEMBRE DECEMBRE 2015




01/10
2014

Hendaye ça régate !

Championnat d Aquitaine ce week end plus de 180 voiliers confondus. Des optimistes,des lasers,des catamarans et des habitables avec beaucoup de régatiers espagnols. Deux jours de régates dans un joli temps ensoleillé avec une mer de demoiselle. J ai eu l'honneur d'être embarqué à bord du j80 "All Purpose Uship" de Jeremy et Jerome viron avec en équipier peyou Joubert un arcachonnais spécialiste des courants et moi même.

Trois places de premier dont deux en scratch nous amène à la plus haute place du podium. Grace bien sur aux compétences de l'équipage, aux belles voiles et à la préparation nickel du bateau.

Le plaisir de rencontrer les régatiers le soir à la formidable paella offerte par le club de voile d hendaye ou toute l'equipe du pogo 30 etait invité par jerome.Un super championnat un bon comité de course, des bénévoles du club toujours actifs et dotés d'une grande gentillesse.

Le bonheur de revoir Marc rReine un grand entraineur ffv de la Rochelle venu avec ses jeunes en monotype 5.70 qui nous ont d'ailleurs donné du fil à retordre compte tenu de leur performance sur l'eau.

Une remise des prix digne d'un grand championnat clôturait ce week end parfait.

Encore des rencontres magnifiques, un plan d'eau que je ne connaissais pas bref, Hendaye confirme sa qualité de vie ou tout est réuni pour vivre heureux.

Vincent Et un Vincent toujours aussi modeste qui fait passer cette 1 ère place comme ça... Bravo!




06/10
2014

Une pause ce dimanche pour une partie de pêche à la bonite, en compagnie de Gilles ex capitaine qui a toujours des histoires étonnantes à raconter.

Philippe a étrenné son nouveau matériel, et ses multiples calamars "leurres"... Ici la version "French Cancan" et le soir ces poissons ont fini à la plancha, un régal !




09/10
2014

Quoi de neuf sur le ponton, après le carénage de la coque, on optimise avec Mino de ROM ARRANGE le logiciel de navigation MAXSEA, tout est à jour. Pierre de " LA COMPAGNIE HYDROTECHNIQUE (44) finalise avec nous le dessalinisateur KATADYN (5.6 L heure). Nos réserves de YOGi TEA diminuent a vue d'oeil et je n'ai pas vu passer ce mois de septembre au port d' Hendaye.

J'aurais aimé enchaîner les dernières foulées de cette immense traversée des Pyrénées avec un départ immédiat sur l'océan. Mais cela reste une performance qui demande un plus gros budget et une énorme logistique. C'est bien plus facile d'installer un camp de base à l'autre bout du monde que d'optimiser un bateau pour une transat. Ça, c'est sur!

Cependant rester dans le voyage et continuer l'aventure sur l'océan, nous rappelle ces aventuriers qui trois siècles plus tôt traversaient la France sans moyens motorisés, pour embarquer sur de grands navires avec en poche un allé simple. Corsaires de la république, les histoire de SURCOUF, PELLOT, GARNERAY...etc, nous donne une idée de ce que pouvait être l'engagement physique et moral dans les année 1700/1800.

Aujourd'hui on court le monde dans tout les sens et le plus vite possible, il faut ramener des images sensationnelles et faire mieux que celui d'avant. Notre projet, lui est à contre sens de ces tendances, une histoire au long cour vue par un alpiniste et un marin. Un véritable partage de connaissance, à travers deux vies différentes et passionnantes.

Vincent a commencé la voile à 15 ans, comme moi la montagne, aujourd'hui nos regards s'ouvrent vers les mêmes horizons, ceux des grands espaces. légendes photos : Philippe jeune alpinste, avec sa fille Pauline, Vincent modèle pour une scéance photo d'un beau livre " la Charette Bleue" de Barjavel, l'équipage!




11/10
2014

Ils sont partis!

Philippe et Vincent du Pogo ( c'est comme ça dans les ports, on vous associe au nom du bateau ) ont largué les amarres hier en fin d'après midi, après plus d'un mois à préparer cette transat.

Sans qu'une heure soit annoncée, ils ont été nombreux ces nouveaux amis à les accompagner dans la baie. Sur une mer tranquille, ils ont déployé le spi, il était classe ce Pogo, il a disparu doucement à l'horizon.

Bon vent!




14/10
2014

Une petite étape de mise en bouche Hendaye / Gijon

Après ces cinq semaines passées dans cette belle ville d'Hendaye, nous voici partis vers 18 heures accompagnés par des bateaux d'amis d'hendaye, les "Viron" d'Uship, par les cornes de brume de la Famille Trois fontaine et un grand nombre de l'association des usagers du port.

Je dois dire que j'avais vraiment les larmes aux yeux et la gorge serrée, Phil était à la fois heureux de naviguer enfin sur son jolie Pogo 30 et ému de tant d'amitié ressentie à ce moment la.

Nous voici d'entrée sous spi asymétrique avec la nuit qui tombe. Un premier repas bio bien sur réalisé par un maître es-culinaire Philippe Pellet. La nuit se passe super avec une belle moyenne de 7.5 nœuds sur environ 100 milles mais dès Santander, un vent de 30 nœuds nous cueille sournoisement au près serré avec mer déja bien formée.

Trinquette et deux ris dans la GV et nous voici dans de bonnes conditions de "boat dynamic testing " comme on dit dans le jargon régate. Ces conditions nous ont permis de vérifier la qualité de notre préparation offshore et de lister pour Gijon une petite "job list" de peaufinage.

Apres deux cent trente mille réalisés sur le fond au près serré, Gijon nous accueille dans un grand calme plat et ciel gris. On en profite pour lancer notre première ligne spécial Bonite préparée par Philippe.

Pour son malheur c'est à lui d'aller dormir et à moi de surveiller la ligne. Une belle bonite mord à l’hameçon et j' ai la joie de réveiller Philippe avec mon trophée !! Il est "vert" de rage, moi le débutant avec une belle prise mais comme je suis incapable de l'attraper par peur de la bête, Philippe s'en charge et nous prépare un petit en-cas grillé et citronné.

Dix minutes après la sortie du poisson de l'eau nous voici dans le mode dégustation. Un régal digne des plus grands restaurants. Entrée dans Gijon avec un port pratiquement vide de bateaux. On ressent que la crise économique de nos amis Espagnol est passée par là. Nous sommes superbement accueillis par le responsable du port et une charmante "marineros".

Après 24 heures nous avons déjà eu la visite d'un douanier très gentil avec qui nous avons longuement conversé. Les dessins des enfants sur la coque attirent un grand nombre de plaisanciers avec qui la conversation s'engage sur notre expédition "Perpignan/New York". Les conseils des uns et des autres nous permettent de bien appréhender le futur cap Finistere.

Une journée de travail pour suivre la "job list" et une étude météo pour partir demain vers le port de Sara (marina) situé juste avant "Coruna". De la bas nous pourrons réaliser un contrôle et test des batteries qui nous causent des soucis de tenue de charge. La marina de Sara a en effet un spécialiste Electricité de bord ce qui ne semble pas être le cas a Gijon. Nous avons visité la ville et son quartier ancien pour découvrir un endroit plein de charme et un parc en hauteur permettant de voir toute la baie.

Enfin une petite précision, nous avons reçu un grand nombre de sms de nos amis d'hendaye et un de nos routeurs du cap d'Agde (grand spécialiste de la régate haut niveau) François Alicot ainsi que d'autre encore via Marie, je tenais à vous remercier tous pour votre suivi assidu et super chaleureux, cela nous touche beaucoup, un grand merci à vous tous.

METEO et ROUTAGE A noter que nous avons organisé pour les grandes étapes une aide "alerte météo" avec nos amis Hervé Labbé, Patrick Roséo, Georges Balmigere, Francois Alicot. Nous avons également un professionnel Météo Dominique Hennequin qui va également prendre en charge le suivi météo de notre voilier. Vous pouvez le contacter pour vos futures croisières et traversées sur: dominique-hennequin@wanadoo.fr

Dominique qui est un routeur de très grande expérience, super sympa, n'hésitez pas à le contacter pour vos futurs projets. Philippe et Vincent




17/10
2014

Gijon a marina Sada

Rencontre, juste avant de partir de Gijon de Nicolas et Thibaud qui arrivent avec leur Gibsea 92 de St. Malo pour aller ensuite aux Antilles. Moment sympa et échange d’expériences, ils étaient fatigués d une longue navigation. Bonne route à eux.

On a eu plusieurs visites à Gijon, l’Exurit est attirant avec sa déco originale . On a confirmé à chacun que notre Pogo30 était très marin , sur. et rapide dès que le vent est là. On part de Gijon vers 16.30 dans un ciel bas et gris puis la pluie nous souhaite la bienvenue en mer d Asturies. On jette une ligne a bonite au cas ou…..

Rangement de nos dernière petites affaires et Gijon s éloigne peu à peu, une escale agréable où les gens sont gentils et surtout où Philippe améliore son espagnol en cherchant en vain une bonne pâtisserie!! Gv et génois par petit temps et en avant pour marina sada afin de trouver une solution à notre parc de batteries qu’ on a sûrement trop laissé en décharge. Pluie continue d un bout à l autre de ces 200 milles puis vent de face avec grosse mer, telle que le golfe de Gascogne aime le faire. Trinquette arrisée et deux ris dans la gv et en avant pour une partie de machine à laver mode essorage pendant 28 heures. Il faut pourtant faire vite avant l’arrivée d une grosse dépression de 985 hp prévue pour vendredi.

On remarque la présence permanente de déchets en mer en particulier d’énorme morceau de plastique type emballage de 1 à 2 m² qui flotte de ci delà et viennent souvent finir dans nos safrans. On en a fait une grosse poubelle que l’on jettera au prochain port.
Philippe réalise des merveilles en menus et repas variés malgré une gite importante et permanente et surtout ces vagues énormes qui viennent frapper toutes les cinq secondes notre jolie Pogo 30. Poulet curry à la semoule Bonneterre, blanquette de veau etc. Tout en bio s il vous plait !!!
Avec ce ciel gris voir même noir on pense a la chanson de Brel " qu’un canal s’est perdu ..." Un ciel annonçant l’imminence de cette grosse dépression attendue. On a du faire au moins 50 voir 70 manœuvres de lâcher et prise de ris que ce soit sur la gv ou trinquette et je dis cela vraiment sans exagérer.
On est trempé par cette forte pluie, ces grains qui nous attaquent de face on commence à sentir le froid. Mais en même temps les lumières du soir sont étonnantes de couleurs diverses tel un tableau de ces grands peintres impressionnistes que nous en oublions les conditions météo.
Les quarts s’organisent toutes les deux heures environ suivant la forme de l’un ou de l'autre.
Le bateau passe dans la mer sans forcer ni se "plaindre" pas un craquement ni bruits parasites qui inquiètent souvent les navigants. Le Pogo est vraiment un super voilier construit avec soin, léger et pourtant solide par les collaborateurs breton du Chantier « structure ». Je comprends les « pogotistes » de leur fidélité au chantier.
Notre préparation offshore porte aussi ses fruits car mis à part une prise défaillante sur notre système de recharge électrique tout va bien. On va profiter de cet arrêt pour checker le mat de bas en haut et pour une fois, je vais y monter malgré notre alpiniste grimpeur qui sent la démangeaison d’escalade le gagner.
Philippe progresse de jour en jour avec ces navigations intenses. Il enchaine les manœuvres avec dextérité. Bientôt il en saura assez pour me licencier ou m’en faire voir de toutes les couleurs dans un challenge débile que j ai accepté un soir ou on avait bu du cidre de Gijon pour faire une cascade de glace. Moi je préfère la montée du sommet du Pelvoux un rêve que j’ai depuis plusieurs années où quelqu’un m’a fait aimer cette montagne...
Merci aux amis de leurs appels comme benoit A. ancien responsable achat de grands chantiers nautiques et spécialiste de Transquadra et de futur navigation vers le Saint Laurent. Un ami très cher avec qui j’ai toujours apprécié nos échanges de forte amitié.
L’arrivée dans la rya de Coruna avec au fond à 12/14 mille la marina de Sada qui est notre objectif compte tenu des services professionnels nautique qui s y trouvent. Trois heures contre le courant et le vent pour atteindre ce port avec toujours cet accueil cher aux espagnols qui font de notre escale un vrai bonheur.

PS: On est vendredi et le vent souffle à 45 nœuds ici à l’abris. On annonce plus de 100km heure au cap Finistère. il était temps d’arriver ! Vincent et Philippe




30/10
2014

rando mollo aux acores

Visite du lac aux eaux sulfureuses de Fumas.
Location de deux scooters car le lac est a 31 kms de notre port d'attache. En avant pour une première visite type touristes.

Les fumerolles sentent le soufre c'est clair bon, on va pas rester là et notre guide de Chamonix a les jambes qui le démange. Allez juste une petite rando vite fait de 500 mètres de dénivelé dans une faune et une botanique dont je n'ai pas l'habitude. Des Fougères avec des troncs d'arbre, des plantes aux grosses feuilles grasses et serrées, une terre de lave grasse et très humide. On grimpe vite malgré les feuillus touffus.

Ca sent bon la terre humide après ces huit jours de navigation. En deux coups de cuillère à pot on est aux sommet. C'est très beau, une vue à 360 degrés, c'est très vert aussi compte tenu du climat très humide des Acores (ah cet anticyclone...)

Bon en haut il n y avait pas de marchand de glace alors j'ai pleuré pour en avoir une!! Alors on est redescendu mais en bas toujours pas de glace! Alors j'ai crié et quand on est rentré au bateau, Philippe à été obligé de me faire mon goûter!

A priori on s'en va demain soir sur l'ile de Pico parce que on a une montagne de 2500 mètres. Je crois que je vais emmener des barres de céréales" BIO Evernat" en cachette dans mon sac (me faut du doppage) . Sao Miguel à l'ile de Pico c'est 120 milles en ligne droite mais on va en faire 150 car c'est du près

Alors à bientôt


ILS NOUS FONT CONFIANCE

Administration web du projet: Stef - Février 2014 - Tous droits réservés (Mentions légales)